Toutes blessent la dernière tue- KARINE GIEBEL

 

Gabriel est un homme qui vit à l’écart du monde, avec pour seule compagnie ses démons et ses profondes meurtrissures.
Un homme dangereux.
Un matin, il découvre une inconnue qui a trouvé refuge chez lui. Une jeune femme blessée et amnésique.
Qui est-elle ? D’où vient-elle ?

 

 

 

 

Un grand remerciement à l’opération masse critique Babélio et aux éditions Belfond pour m’avoir permis de découvrir Karine Giebel au travers de son nouveau roman, Toutes blessent la dernière tue.

 

Depuis une dizaine d’années, Karine Giébel, nouveau figure montante dans le paysage du thriller psychologique, délecte les lecteurs avec ses récits où règnent majoritairement violence et noirceur. J’entre tardivement dans son univers puisque Toutes blessent la dernière tue est le tout premier roman de cette romancière que j’ai eu le plaisir de parcourir. Ne pouvant ainsi pas me servir de ce dernier comme support pour comparer l’ensemble de l’œuvre de Karine Giébel, seul les avis des lecteurs de la première heure pouvaient me donner un bref aperçu de la nature du voyage dans lequel je m’embarquais. « Violent, sombre, dérangeant, noir, glauque, fort, prenant, surprenant« , autant de qualificatifs pour décrire l’ensemble de son œuvre. Toutes blessent la dernière tue réussit haut la main l’examen de passage…

En effet Karine Giébel ne laisse quasiment aucun répit aux affects du lecteur: le thème abordé, la galerie des personnages, leurs histoires personnelles ainsi que les situations dans lesquelles ils se débattent, concourent à instaurer une ambiance extrêmement dérangeante, un voile d’une noirceur que j’ai rarement eu l’occasion d’observer, flotte en permanence sur le roman. Les rares fois où le lecteur entrevoit une lueur d’espoir pour les personnages malmenés par leur destinée, celle ci est très vite éclipsée par un retour fulgurant dans la réalité la plus sombre et violente qui soit.

Selon moi, la force du roman réside dans le thème qui est abordé: l’esclavage moderne qui est bien malheureusement existant également dans un pays aussi développé que la France…arrêtons de penser que cette servitude est l’apanage uniquement des pays sous développés. Cet esclavage moderne prend la forme d’une servitude domestique qui  touche majoritairement les enfants, jeunes filles et femmes. Ce roman oblige le lecteur à ouvrir les yeux sur une dure réalité…On ne sait jamais qui sont réellement nos voisins (ou nos proches d’ailleurs)…

 

Toutes blessent la dernière tue est un thriller psychologique haletant et addictif. Toutefois ne vous attendez pas à être ménagé! En effet soyez prêts à être ébranler aux tréfonds de votre être; j’ai pour ma part était trop secouée par ce déferlement de violence, de cruauté, de pessimisme et de noirceur…Les plus vils penchants, pulsions, perversions humaines sont exploités ici; l’imagination n’a aucun limite…Toutefois les lecteurs assidus de Karine Giébel y trouveront très certainement tous les ingrédients qui ont fait le succès de l’auteur. Malheureusement peu abordé dans la littérature contemporaine, ce roman marquera les esprits par son thème, celui de l’esclavage moderne. Et dire que l’on est  au XXIème siècle…

 

 

15/20

 

0

1 commentaire sur “Toutes blessent la dernière tue- KARINE GIEBEL

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *